* *
* *
Activités - 2013-06-18-Hirondelles et chauves souris


HIRONDELLES ET CHAUVES SOURIS A NOTRE SECOURS



                              


La région Provence Alpes Côte d'Azur est l'une des régions les plus riches par la diversité de ses paysages. Par conséquent, on retrouve dans cette région 29 espèces de chauves-souris sur les 35 que compte l'Europe ! La région a donc un enjeu européen dans la conservation de ces mammifères.
Paradoxalement, c'était également la région de France la plus en retard en ce qui concerne la connaissance et la protection des chauves-souris. Suite à ce constat les spécialistes et les passionnés de chauves-souris de la région Provence Alpes Côte d'Azur se sont regroupés en une association loi 1901 : le Groupe Chiroptères de Provence (GCP).

texte issu de ce site :
http://www.gcprovence.org/

Lutter et se débarrasser des moustiques d’une manière naturelle

Comment agir à la source et limiter le développement des moustiques ?

Pour diminuer la prolifération des moustiques, vous pouvez supprimer les zones où l’eau de pluie peut s’accumuler et les moustiques se reproduire (pneus…) et faciliter le développement de ses prédateurs.

L’hirondelle est un prédateur du moustique mais c’est aussi une espèce menacée. En installant un nid à hirondelle, vous pourrez contribuer à sa préservation et lutter naturellement contre les moustiques.


Un oiseau migrateur emblématique...

Strictement insectivore, l'hirondelle migre vers l'Afrique parce qu'elle ne trouve pas suffisamment de nourriture pour passer l'hiver.
Notre hiver froid et pluvieux coïncide avec un hiver chaud et sec en Afrique, où pullulent les insectes. Cette abondance de nourriture prévaut donc sur l'énergie dépensée lors des migrations post et prénuptiales et les risques que comportent de telles traversées.

Cette visiteuse d'été arrive en avril-mai (migration prénuptiale). Certaines bien plus précoces, pointent le bout de leurs ailes dès le mois de février !
Elles passent une part importante de leur temps à chasser des insectes ailés (moustiques, pucerons, mouches, moucherons, papillons, etc.).


Pour préserver, voir rétablir, la biodiversité,avec la pose de nichoirs à hirondelles .
Les insectes ne vont pas aimer!


La démoustication au Bti montre une réduction très sensible du nombre d'hirondelles.Chez les hirondelles, la forte réduction de moustiques et de chironomes (78%) sur les sites traités se traduit par une modification du régime alimentaire des poussins, ce qui réduit leur survie.
Cela va à l'encontre des objectifs à atteindre.Moins d'hirondelles et d'avantage de produits chimiques....



 

. Cela pourrait expliquer la forte réduction observée chez ce groupe essentiel des zones humides.


Infos tirées du site : http://www.tourduvalat.org/dossiers/demoustication/demoustication_de_confort_en_camargue_impact_sur_la_faune_non_cible_et_perception_sociale



La chauve-souris, un chasse-moustiques sans merci

S' il est un petit animal qui suscite des peurs paniques, souvent injustifiées, c'est bien la chauve-souris. Certes, c'est un animal sauvage, donc imprévisible par ses ripostes s'il perçoit les géants que nous sommes comme des menaces.

Mieux les connaître pour les apprécier... et les protéger

La plus petite chauve-souris européenne peut consommer l’équivalent du quart de son poids en moustiques pendant une nuit !

Comment les aider ?

Lorsque des travaux sont réalisés dans des maisons individuelles, la première chose à éviter en présence de chauves-souris est de condamner les accès. Ensuite, il est préférable d’utiliser un produit de traitement fongicide et insecticide non nocif pour les charpentes, comme le sel de Bore par exemple. L’idéal est de réaliser ce traitement à une période où les chauves-souris sont allées rejoindre de nouveaux quartiers (en automne si elles n’hibernent pas sur place). De plus, il vaut mieux injecter le produit dans la charpente que le pulvériser. Le mieux est encore d’utiliser des bois ne nécessitant pas de traitement (châtaignier, douglas, mélèze, etc.) S’il est vraiment nécessaire de boucher une fissure de mur accueillant des chiroptères, il faut agir le soir, après leur sortie pour la chasse, pour ne pas les emmurer vivantes. Dans ce cas, la pose d’un nichoir de substitution à proximité (faux volet ou nichoir artificiel) est conseillé. Il est possible d’éviter de nombreux désagréments pour les chauves-souris dans votre jardin. En préservant les haies (à partir desquelles elles se dirigent), en limitant les traitements insecticides sur les plantations, en évitant d’abattre les arbres troués ou fendus dans lesquels elles peuvent trouver refuge... Enfin, une bâche tendue au sol peut éviter le désagrément des dépôts de guano dans les greniers (à retirer après le départ des chauves-souris). Guano qui, suffisamment dilué, peut- être un excellent engrais pour les plantations.

Mais les chauves-souris sont aussi victimes des travaux dans les bâtiments publics. Il est fréquent en effet qu’elles soient enfermées vivantes dans les fissures des piles de pont lorsque celles-ci sont consciencieusement bouchées. Regardez maintenant autour de vous et vous verrez le grand nombre de situations critiques pour elles. Dans le cas où vous identifieriez des travaux « à risques » pour les chauves-souris, sachez qu’il est illégal de les détruire. Mais il ne faut pas être dupe. Bien qu’ils en aient l’obligation légale, les aménageurs ne prennent que rarement en compte la présence de ces espèces protégées dans les bâtiments à rénover. Pourtant des solutions efficaces existent pour prendre en compte les chauves-souris dans le cas de travaux de rénovation. Prévenez au plus vite les associations de protection de la nature les plus proches de chez vous, qu’elles soient ou non spécialisées dans les chauves-souris. Tout en permettant la rénovation du bâti, cela permettra peut-être de sauver une colonie.

ces informations très intéressantes proviennent du site Nacica: http://www.nacicca.org/spip.php?article69
 


Nous comprenons bien que ces deux espèces nous apportent un soutien actif et que nous devons les protéger.

Objectifs Nature nous propose ,ce mardi 18 juin au cinématographe à 18h30, un film suivi d'un débat sur la vie des hirondelles et chauve-souris .

La cistude s'associe tout naturellement à ce projet .



Date de création : 02/06/2013 : 21:47
Dernière modification : 28/01/2014 : 16:31
Catégorie : Activités
Page lue 2402 fois


Imprimer l'article Imprimer l'article

react.gifRéactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !

Recherche



Calendrier
Archives

Fermer Actualité

Fermer Activités

Fermer Revue de presse

Fermer Actualités

^ Haut ^